Résidence Art et Culture Fabri de Peiresc

Résidence soutenue et mise en place par l’association Art et Culture Fabri de Peiresc .

Lieux : Territoire ALPES PROVENCE VERDON | Dates : De mars à novembre 2020 | Dispositif : Résidence de création et de médiation

Entre mars et novembre 2020, l’artiste Guillaume Lepoix est intervenu sur le territoire Alpes Provence Verdon pour réaliser une démarche mêlant son travail de recherche avec des interventions avec les scolaires et la population locale.
Durant cette résidence, il n’y a pas eu, véritablement, de frontière entre la création personnelle de Guillaume Lepoix et les temps de médiations et d’ateliers avec les publics. En effet, ces derniers ont fourni une matière première permettant d’alimenter la démarche de création et vice-versa.
Le but de la restitution de fin de séjour fut de souligner cette porosité et les enrichissements respectifs qui en découlent de part et d’autre.
L’ensemble du travail mené à donc été présenté volontairement au sein d’un même espace virtuel.
Cette forme virtuelle est un moyen de démultiplier sa présentation et sa diffusion, mais elle est aussi et surtout le fruit de contraintes sanitaires exceptionnelles, la résidence s’étant déroulée durant les deux confinements de 2020 dus à la pandémie de COVID19.

 

UNE RECHERCHE ARTISTIQUE

Un ensemble de pistes de recherches artistiques ont été engagées par Guillaume Lepoix durant cette résidence. Aucune n’a abouti à une création finie, mais toutes témoignent d’une recherche sur le rapport que l’on peut entretenir avec le paysage et l’image de celui-ci.
Si vous exploré l’exposition virtuelle, vous pourrez y trouver plusieurs éléments reflétant cette recherche :
Une toile dépliée présente, au centre de la pièce, une peinture à l’huile inachevée. Celle-ci donne à voir plusieurs représentations de montagnes, réalisées sur le motif, face au paysage. La toile de Lin est pliée à la manière des cartes IGN, rappelant ainsi une forme de cartographie d’un certain rapport pictural historique au paysage.

 

De part et d’autre, sont diffusées des vidéos, l’une montrant une mise en scène de l’artiste face au pittoresque du paysage, dépliant sa carte vierge comme s’il voulait que le paysage s’imprime dessus à la manière d’une insolation sur papier photo argentique, puis s’asseyant pour peindre.
Une autre montre un travelling lent sur les touches de peintures en gros plan, recréant ainsi une sorte de cartographie rappelant certaines images satellites.
Dans un coin, se trouve un moniteur diffusant une courte vidéo en boucle muette. On y voit un personnage semblant s’exprimer oralement, mais dont le corps parait être composé d’une matière à la frontière entre la roche et le glitch. Cette ébauche de travail vidéo, témoigne d’une direction que l’artiste a commencer à explorer dans sa résidence sans pour autant la continuer.
Enfin, au fond, l’interview d’un homme qui raconte son rapport au milieu dans lequel il vit, comment il y est arrivé, comment il s’y sent. Cette vidéo aussi est la trace d’une piste de recherche qui n’a pas été développée, mais dont la présentation permet de saisir la globalité de la démarche effectuée au cours de cette résidence.

 

 

UN PROJET COLLABORATIF

La salle principale de l’exposition virtuelle présente des réalisations produites par les élèves des collèges de Saint-André-les-Alpes, de Castellane et d’Annot, durant la résidence avec Guillaume Lepoix. Chacune de ces sculptures en terre glaise représente un “mont intime”. C’est-à-dire un petit paysage totalement imaginé et créé par les collégiens. La seule consigne que l’artiste leur a donné est la suivante : Faites votre propre montagne, mais réalisez ce micro paysage comme si vous pouviez le réellement le parcourir, le gravir et l’explorer.
Ensuite, les élèves ont pu donner libre court à leur imagination tout en découvrant les techniques du modelage de l’argile.
Ces réalisations ont servi par la suite à l’élaboration du projet Monts Intimes.

 

 

DES ATELIERS

Des ateliers ouverts à tous se sont déroulés le temps de deux soirées au sein de la médiathèque d’Allos et de la salle polyvalente de Clumanc.
Des dizaines de personnes, petits et grands, ont pu participer à cet événement. Le but était de réaliser des dessins, sans contrainte de sujet ni de technique, dans l’optique de les redécouvrir autrement.
Une fois achevées, les images produites ont été scannées, puis sphérisées avec un programme de création 3D, et enfin exportées sous forme d’application Android.

Les participants ont ensuite pu visionner, à travers l’écran de leurs téléphones liés à un casque de réalité virtuelle, leurs œuvres d’une toute
autre manière : non pas en deux dimensions, mais en trois, c’est-à-dire, comme s’ils y étaient totalement plongés. Leurs dessins sont ainsi passés du format plan et limité de la feuille A4, à une vision à 360° et englobante. Ce passage générant ainsi une nouvelle interprétation du dessin et une nouvelle image à découvrir.


L’ensemble de ce travail est à découvrir sur la page de la création :
MONTS INTIMES

 

 

 


CRÉATION PRÉSENTÉE DANS CE CONTEXTE ↴


retour au portfolio

Share Project :